« #7 – Aurore au grenier | Accueil | Mémoire d’un objet »

22/03/2009

Commentaires

Mazarine

Le traitement que j'aurais fait de cette histoire à partir d'un caillou eut été tout autre. Néanmoins, je constate que bien souvent l'infiniment petit est prétexte à développer l'infiniment grand, là où se loge les pouvoirs d'une imagination féconde. La consigne n'est pas sans me rappeler ces tests de Q.I. qu'on me faisait passer enfant : sur une feuille de papier figurait un point, juste un point, à partir duquel je devais élaborer un dessin. C'est un bon exercice et tu t'en tires avec brio. Félicitations.

Akelji

Moi j'aime bien quand on écrit au début à partir de quelque chose, et quand on est à chaque fois surpris de voir le résultat final. Sans doute le meilleur moyen de développer sa productivité, et son imagination !


;-)



~~

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.