« #6 – Aurore à l’hôtel du bonheur retrouvé | Accueil | J'ai un message pour vous ! »

08/03/2009

Commentaires

Vieuloup

Il est amusant de reprendre le texte #6 à la lumière de ces explications !

Soit dit en passant, les peupliers d'Italie (Populus nigra pour les intimes)  me plaisent bien, et ont parfaitement leur place à cet endroit ! 



J'ai beaucoup aimé tant les ambiances et les personnages que l'évocation des sentiments d'Aurore après la soirée dont nous avions déjà connaissance, et leur évolution au fil du récit.



Quant à mon commentaire précédent, Aurore n'a rien de "fleur bleue" dans ce que nous savons à présent être les deux premières parties, et cette impression ne ressort que des deux derniers paragraphes, où de ton propre aveu, "Pour soigner la conclusion, tu lances Aurore dans les bras de Sébastien, histoire de faire une belle fin"





Bref, un texte que j'aime beaucoup pour sa force d'évocation, et le bémol que j'ai émis par rapport à la "belle fin" concerne le scénario et non le verbe !


Dominique

Merci pour ton commetaire !

Je pense que tu as raison dans ton analyse,sur le côté fleur bleue, car on retient facilement les dernières phrases du texte lorsqu'on en discute entre nous (on n'a pas copie du texte écrit). D'où peut-être une focalisation trop importante sur ce point précis de la dernière partie.

Ca me rassure un peu car j'aimerais bien continuer à jouer sur la profondeur et en même temps la légéreté d'Aurore.

Mazarine


Ce que je retiens, c'est qu'il y a là un vrai plaisir communicatif à prendre la plume. J'aime beaucoup ce blog pour son côté artisanal justement et le sentiment que j'ai de participer un peu à l'élaboration de l'histoire. C'est fabuleux ! J'espère avoir un jour l'opportunité de me lâcher de cette façon là, j'ai moi aussi des consignes d'écriture mais ce sont celles de l'administration ! C'est pas l'pied ! ;-)


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.